S'injecter sans se blesser !

La pratique de l’injection est encore très stigmatisée et il peut s’avérer difficile de trouver des bons conseils sans jugement derrière. Cette page vise à vous apporter cela !

Si vous n’avez pas accès à une association près de chez vous, il est possible d’avoir accès à du matériel à distance ! Sinon, n’hésitez pas à aller toquer chez le CAARUD le plus proche.

Le matériel d'injection

Le matériel d’injection peut se trouver en CAARUD, parfois en CSAPA, et de nombreuses pharmacies en France participent à ce qu’on appelle le programme d’échange de seringues (PES). Si vous n’êtes pas sûr de la démarche, vous pouvez toujours contacter les associations de RdR près de chez vous.

Le matériel est toujours distribué emballé, cela garantit sa stérilité.

Il existe du matériel de couleur pour aider à éviter les partages involontaires. Partager sa seringue augmente significativement le risque de contracter des infections, notamment celles au VIH et aux hépatites B et C.

Les boîtes jaunes de déchets d’activités de soins à risques infectieux et assimilés (ou DASRI), servent à se débarrasser du matériel utilisé de manière sûre. Ce sont des boîtes en plastique qui évitent aux personnes de se piquer avec des aiguilles utilisées, de toucher du sang… Vous pouvez en demander en CAARUD ou en pharmacie.

Le garrot permet de faciliter l’injection en faisant gonfler la veine.

Le champ stérile permet d’avoir un espace propre pour disposer son matériel d’injection.

Les maxicups et stéricups, aussi appelées gamelles, permettent de préparer le produit pour l’injection.

L’acide ascorbique et l’acide citrique sont utilisés pour diluer certains produits plus facilement.

Les Kits Exper'

Des kits sont disponibles prêts à l’emploi avec tout le matériel nécessaire pour deux injections.

Ces kits contiennent 2 seringues 1 mL avec aiguille, 4 lingettes antiseptiques, 2 fioles d’eau pour injection de 5 mL, 2 emballages stériles avec chacun : 1 gamelle pour la préparation, 1 filtre à mettre sur la seringue, 1 filtre coton, 1 tampon sec.

L'injection version IKEA

Il vous est possible de récupérer du matériel à monter vous-mêmes. En effet, il existe de nombreuses tailles de pompes et d’aiguilles et chaque personne a ses préférences. Le but de la réduction des risques est aussi d’apporter des outils personnalisables.

Des pompes existent en 1 mL, 2 mL, 2.5 mL, 5 mL, 10 mL…

Il y a de nombreuses aiguilles de différentes tailles et de différentes longueurs, ce qui influence le débit possible, les dommages causés aux veines, et les veines dans lesquelles on va injecter. Le schéma qui suit permet d’avoir une idée générale.

Évitez les infections !

Préparer la zone d’injection avec ces tampons d’alcool est recommandé. Attention à ne pas frotter dans tous les sens, un seul geste est requis pour bien faire – du haut vers le bas et on ne touche plus à la zone d’injection !

Les filtres permettent d’éviter à beaucoup de choses indésirables de s’inviter dans la seringue avant l’injection. Le vert filtre jusqu’à 0.5 micron, le bleu jusqu’à 0.2 microns. Cela ne permet pas d’éviter les virus, mais il ne faut pas négliger l’importance de filtrer les particules insolubles.

De nombreux microorganismes tels que des bactéries et des champignons se trouvent naturellement sur la peau, notamment sur les mains et dans la zone d’injection. Lorsqu’une injection est effectuée, ces microorganismes peuvent pénétrer dans le corps, provoquant des infections telles que des abcès. Il est donc essentiel de désinfecter soigneusement les mains et le site d’injection avant chaque procédure afin de réduire le risque d’infections.

Groupe
Bactéries à germes positifs
Bactéries à germes négatifs
Mycobactéries
Champignons
Virus
Rapidité d'action
Alcools
+++
+++
+++
+++
+++
Rapide
Chlorexidine
+++
++
+
+
+++
Intermédiaire
Composés iodés
+++
+++
+++
++
+++
Intermédiaire
Iodophores
+++
+++
+
++
++
Intermédiaire
Dérivés du phenol
+++
+
+
+
+
Intermédiaire
Tricolsan
+++
++
+
-
+++
Intermédiaire
Composés d'ammonium quartenaire
+
++
-
-
+
Lente
Pour prévenir l’introduction de virus, de bactéries ou de champignons dans le corps, il est crucial de nettoyer soigneusement le site d’injection avant de procéder à l’injection. Il est recommandé d’utiliser de l’eau et du savon pour nettoyer la zone. Même si vous avez utilisé un produit pour dilater les veines en frottant, il est recommandé d’appliquer un tampon désinfectant, car le frottement peut parfois déplacer les impuretés au lieu de les éliminer. La technique consiste à appliquer le tampon imbibé d’alcool sur une petite surface dans un seul sens, puis à le laisser sécher pendant quelques secondes. Il est important d’utiliser un tampon spécifique et de ne pas réutiliser une lingette, par exemple. Il est préférable d’opter pour de l’alcool plutôt que la chlorhexidine, car l’alcool est plus efficace contre certains types de germes. De plus, l’alcool a un début d’action rapide, ce qui est essentiel lorsque l’utilisateur s’injecte immédiatement après la désinfection, tandis que la chlorhexidine a un début d’action plus lent.

En ce qui concerne le filtrage, une étude a été réalisée avec le Skénan (sulfate de morphine) et conclue que “lorsque des gélules de sulfate de morphine à libération lente sont détournées par injection, l’utilisation de filtres est essentielle pour prévenir les complications à long terme dues à l’injection de charges médicamenteuses insolubles telles que le talc et l’amidon.

Cette recherche nous a fourni une “meilleure pratique de préparation” pour les gélules de sulfate de morphine à libération lente. Cette pratique consiste à préchauffer l’eau, puis à ajouter préalablement des microbilles broyées à la solution, à attendre et à remuer pendant environ une minute, puis à filtrer à travers un filtre à membrane. Les trois filtres à membrane testés étaient équivalents en nombre de réduction de particules. La facilité et le temps de filtration étaient acceptables pour tous et meilleurs pour le Sterifilt et le Sterifilt+. En ce qui concerne le rendement en composés actifs, bien que tous les filtres à membrane aient récupéré plus de 86 % de la morphine disponible, le Sterifilt+ a été associé au rendement le plus élevé (99 %).”