MDAI

La MDAI est une nouvelle substance entactogène peu connue de la classe des aminoindanes. Il agit comme un agent libérateur de sérotonine (SSRA) supposé non neurotoxique et hautement sélectif, avec des effets négligeables sur la dopamine et la norépinéphrine.

Le MDAI promet d’améliorer l’expérience récréative de l’utilisateur et d’accroître les performances d’un individu à des fins enthéogéniques (spirituelles). Ces effets, communs à cette classe de drogues, peuvent être reproduits par le MDAI sans provoquer la neurotoxicité que l’on prête à la MDMA, par exemple. La capacité du MDAI à augmenter les niveaux de catécholamine pourrait expliquer l’engagement émotionnel et le renforcement des associations de peur. En outre, il a été rapporté sur des forums Internet que le MDAI améliore la perception des couleurs.

Gallagher, C. T., Assi, S., Stair, J. L., Fergus, S., Corazza, O., Corkery, J. M., & Schifano, F. (2012). 5, 6‐Methylenedioxy‐2‐aminoindane: from laboratory curiosity to ‘legal high’. Human Psychopharmacology: Clinical and Experimental, 27(2), 106-112.

Effets
Oral
Légers
40 - 100 mg
Moyens
100 - 175 mg
Forts
175 - 300 mg
Très forts
300 + mg
Phases
Oral
Début
0.5 - 1.5 h
Effets principaux
2 - 2.5 h
Descente
1 - 2 h
Effets résiduels
jusqu'à 2 jours

La MDAI a été mise au point par le chimiste médicinal et pharmacologue américain David E. Nichols dans les années 1990 à l’université de Purdue. Dans les années 2010, la MDAI a été commercialisé avec de nouveaux entactogènes comme le 5-MAPB, le 5-APB et le 6-APB en tant qu’alternative légale à la MDMA sur le marché gris des produits chimiques de recherche en ligne. Il fait actuellement l’objet de recherches en tant qu’alternative potentielle aux entactogènes traditionnels dans le traitement de troubles mentaux tels que l’anxiété et la dépression.

Des études ont démontré que la MDAI inhibe la recapture de la sérotonine et a une affinité sélective pour le récepteur de la sérotonine. Cela a aussi montré que le cerveau des animaux traités à la MDAI présentait des concentrations extracellulaires plus élevées de transmetteurs neuronaux monoaminergiques, en particulier de sérotonine.

À titre de comparaison, aMDAI a un pouvoir de libération de la sérotonine similaire à celui du MDA, mais il est nettement moins puissant que la MDMA. Il inhibe la recapture et la réabsorption des neurotransmetteurs après qu’ils ont rempli leur fonction de transmission d’une impulsion neuronale, ce qui leur permet essentiellement de s’accumuler, d’être réutilisés et de provoquer des effets entactogènes.