Les psychédéliques

Presque tous les psychédéliques stimulent directement un sous-type particulier de nos récepteurs de sérotonine ; il s’agit des récepteurs 5HT2A, qui jouent un rôle important dans les fonctions cérébrales supérieures. L’effet le plus connu est la production de visuels inhabituels, des distorsions étranges et des ajouts imaginatifs aux images des choses physiquement présentes. Ces phénomènes peuvent se produire aussi bien les yeux ouverts que les yeux fermés. Les drogues psychédéliques sont également souvent empathogènes – elles créent des sensations d’attention, d’amour et de connexion avec d’autres personnes et avec le monde naturel.

N’hésitez pas à cliquer sur les éléments colorés !

Les fiches drogues disponibles.

Les types de psychédéliques.

Il existe plusieurs familles de psychédéliques :

• Les lysergamides : LSD ou LSD-25 ; 1P-LSD ; AL-LAD et LSZ

• Les tryptamines : DMT ; 4-AcO-DMT ; 4-HO-MET

• Les phényléthylamines : Mescaline ; 2C-B et 2C-P ; 25I-NBOMe

“Peut-être l’expérience de la drogue porte-t-elle des fruits significatifs lorsqu’elle est enracinée dans le sol d’un esprit mûr et cultivé. Mais cette expérience a soudain été saisie par une génération de jeunes qui sont pathétiquement a-culturels et qui n’apportent souvent rien d’autre à l’expérience qu’un désir vide. Dans leur rébellion adolescente, ils se sont débarrassés de la culture corrompue de leurs aînés et, avec cette eau de bain souillée, du corps même de l’héritage occidental, au mieux en faveur de traditions exotiques qu’ils ne comprennent que marginalement, au pire en faveur d’un chaos introspectif dans lequel les dix-sept ou dix-huit années de leur vie non formée flottent comme des atomes dans le vide.”

Theodore Roszak, qui a inventé le mot “contre-culture” et a fait la chronique du mouvement hippie. Dans : Grisel, J. (2019). Never Enough. p. 150.

Qu'est-ce qu'un psychédélique ?

Les psychédéliques sont très nombreux, et bien qu’ils aient des effets similaires, le sujet reste encore compliqué à maîtriser. De plus, il faut savoir que les effets produits par les psychédéliques dépendent fortement de la disposition mentale individuelle et du contexte d’usage. Le set & settings est une notion très rattachée à ces drogues en particulier.

Le terme psychédélique signifie “manifestation de l’esprit”, ce qui sert à imager l’introspection associée à la consommation de ces substances. Cette définition pourrait laisser penser à bien d’autres drogues que les psychédéliques auxquels on associe souvent le terme, il est donc important de noter que ce terme réfère dans la recherche scientifiques aux substances agissant principalement sur les récepteurs 5HT2A. Il faut dans cette optique prendre aussi en compte la MDMA et la kétamine, qui ne sont pas des psychédéliques classiques mais ont bel et bien une action que l’on peut qualifier de psychédélique.

Compte tenu de l’utilisation historique répandue des psychédéliques comme sacrements dans une variété d’autres cultures, la définition de Jérôme Jaffe en 1990 pour la classe des psychédéliques peut peut-être être appréciée :

“…la caractéristique qui distingue les agents psychédéliques des autres classes de drogues est leur capacité à induire de manière fiable des états de perception, de pensée et de sentiment altérés qui ne sont pas expérimentés autrement, sauf dans les rêves ou dans les moments d’exaltation religieuse.”

Jaffe JH. (1990), Drug addiction and drug abuse, in Goodman and Gilman’s the Pharmacological Basis of Therapeutics (Goodman AG, Rall TW, Nies AS, Taylor P. eds) 8th ed, pp 522–573, McGraw Hill, New York

L’un des pionniers de la recherche sur le LSD, le regretté Daniel Freedman, a noté que :

“…une dimension fondamentale du comportement… révélée de manière convaincante dans les états de LSD est le ‘présage’ – la capacité de l’esprit à voir plus qu’il ne peut dire, à expérimenter plus qu’il ne peut expliquer, à croire et à être impressionné par plus qu’il ne peut justifier rationnellement, à expérimenter l’illimité et les événements ‘sans limites’, du banal au profond.”

Freedman DX. (1968) On the use and abuse of LSD. Arch Gen Psychiatry 18:330–347.

L’utilisation des psychédéliques comme élément central de nombreuses pratiques religieuses, ainsi que les effets psychopharmacologiques profonds et uniques suggérés par la définition de Jaffe et les observations de Freedman, permettent de prendre conscience que les psychédéliques constituent une catégorie à part entière de substances altérant l’esprit.

En effet, cette connaissance a incité Carl Ruck et ses collègues en 1979 à inventer le mot enthéogène pour remplacer les termes hallucinogène et psychédélique, qu’ils considéraient tous deux comme ayant des connotations négatives. L’enthéogène est dérivé des racines grecques entheos, qui signifie “Dieu (theos) à l’intérieur”, et genesthe, qui signifie “générer”.

Le mot enthéogène désigne donc essentiellement une substance ou un matériau qui génère Dieu ou le divin en quelqu’un. Bien qu’il semble peu probable que le terme enthéogène soit adopté par la communauté scientifique officielle, il est intéressant de savoir que dans certains cercles enthéogène est synonyme de psychédélique.

“Les psychédéliques sont des composés qui altèrent la conscience en agissant sur les récepteurs de sérotonine dans le cerveau. Le terme “psychédélique”, qui vient du grec et signifie “manifestation de l’esprit”, fait référence aux effets subjectifs des drogues et a été proposé pour la première fois par Humphry Osmond en 1956. D’autres termes ont été utilisés pour souligner les différents aspects des expériences psychologiques produites par divers composés apparentés, notamment hallucinogènes (perceptuels), enthéogènes (spirituels) et empathogènes ou entactogènes (sociaux/émotionnels). La diversité de la terminologie reflète l’existence de centaines de composés psychédéliques potentiels ayant un spectre d’effets comportementaux et neurobiologiques. Des données récentes sur l’efficacité des psychédéliques dans le traitement des maladies mentales ont conduit à un regain d’intérêt pour leurs effets neurobiologiques. L’objectif de cet abécédaire est de fournir à ceux qui s’intéressent au domaine des psychédéliques une vue d’ensemble concise et accessible des données scientifiques.”

Source : Kelmendi, B., Kaye, A. P., Pittenger, C., & Kwan, A. C. (2022). Psychedelics. Current Biology, 32(2), R63-R67.

“Le regain d’intérêt pour les effets des psychédéliques dans le traitement des troubles psychiatriques justifie une meilleure compréhension des mécanismes neurobiologiques qui sous-tendent les effets de ces substances. Au cours des deux dernières décennies, des études de pointe sur les animaux et les humains ont permis d’obtenir de nouvelles informations importantes sur les actions moléculaires, cellulaires et systémiques des drogues psychédéliques. Ces efforts ont révélé que les psychédéliques affectent principalement les sous-types de récepteurs sérotoninergiques situés dans les circuits de rétroaction cortico-thalamiques et cortico-corticaux du traitement de l’information. Les drogues psychédéliques modulent l’équilibre excitateur-inhibiteur dans ces circuits et peuvent participer à la neuroplasticité dans les structures cérébrales essentielles à l’intégration des informations relatives aux sensations, à la cognition, aux émotions et au récit de soi.”

Source : Vollenweider, F. X., & Smallridge, J. W. (2022). Classic psychedelic drugs: update on biological mechanisms. Pharmacopsychiatry.

“Des études cliniques suggèrent le potentiel thérapeutique des psychédéliques, y compris l’ayahuasca, le DMT, la psilocybine et le LSD, dans les troubles liés au stress. Ces substances induisent des effets cognitifs, antidépresseurs, anxiolytiques et anti-dépendants qui proviendraient de changements biologiques similaires à ceux des antidépresseurs conventionnels ou de la kétamine, une substance à action rapide. La voie proposée consiste à induire une neuroplasticité cérébrale. Cette revue tente de résumer les preuves que les psychédéliques induisent la neuroplasticité en se concentrant sur les effets cellulaires et moléculaires de la neuroplasticité des psychédéliques après une administration unique et répétée. Lorsque des paramètres comportementaux sont observés dans les études sélectionnées, les voies biologiques seront liées aux effets comportementaux.”
 
Source : De Vos, C. M., Mason, N. L., & Kuypers, K. P. (2021). Psychedelics and neuroplasticity: a systematic review unraveling the biological underpinnings of psychedelics. Frontiers in psychiatry, 12, 724606.

“Le terme “psychédélique” a été inventé par le psychiatre Humphry Osmond en 1956 dans une correspondance avec le célèbre auteur Aldous Huxley pour désigner une classe de composés qui induisent de profonds changements dans la conscience. Combinant deux racines grecques, psyche (âme, esprit) et deloun (manifester), le mot signifie “manifestation de l’esprit”. Auparavant, ces composés étaient appelés “psychotomimétiques” en raison de leur capacité à induire un épisode transitoire semblable à la schizophrénie chez des personnes en bonne santé. Au fil des ans, les chercheurs ont désigné cette classe de composés sous les noms d’enthéogènes (“possédés par un dieu”), d’empathogènes (“générateurs d’empathie”), d’entactogènes (“toucher l’intérieur”) et d’hallucinogènes, reflétant ainsi une perspective en constante évolution sur leur impact physiologique et culturel.”

Source : Lukasiewicz, K., Baker, J. J., Zuo, Y., & Lu, J. (2021). Serotonergic psychedelics in neural plasticity. Frontiers in molecular neuroscience, 221.

“Les maladies neuropsychiatriques, y compris les troubles de l’humeur et de l’anxiété, comptent parmi les principales causes d’invalidité dans le monde et représentent un énorme fardeau économique pour la société. Environ un tiers des patients ne répondront pas aux médicaments antidépresseurs actuels, et ceux qui y répondent ont généralement besoin d’au moins 2 à 4 semaines de traitement avant d’en ressentir les effets bénéfiques. La dépression, le syndrome de stress post-traumatique (PTSD) et l’addiction partagent des circuits neuronaux communs et présentent une comorbidité élevée.”

Source : Ly, C., Greb, A. C., Cameron, L. P., Wong, J. M., Barragan, E. V., Wilson, P. C., … & Olson, D. E. (2018). Psychedelics promote structural and functional neural plasticity. Cell reports, 23(11), 3170-3182.

Quelques informations supplémentaires.

Pendant des décennies, les médias ont largement dépeint les psychédéliques comme des drogues extrêmement dangereuses ; en fait, les psychédéliques sérotoninergiques classiques sont généralement considérés comme très sûrs sur le plan physiologique par rapport aux opiacés et aux psychostimulants. Néanmoins, malgré la sécurité physiologique relative des psychédéliques, ils peuvent entraîner de graves conséquences psychologiques. Ces substances n’entraînent pas d’accoutumance ou de dépendance et ne semblent pas impliquer de renforcement lié à l’usage. Cela est compréhensible quand on sait que les hallucinogènes sérotoninergiques n’ont pas d’effets directs sur les systèmes dopaminergiques du cerveau, une pharmacologie qui semble essentielle pour presque toutes les drogues pouvant engendrer une dépendance.

La consommation de fortes doses de psychédéliques peut entraîner des problèmes vasculaires car le récepteur 5-HT2A est associé à la contraction des muscles lisses vasculaires, à l’agrégation plaquettaire, à la formation de thrombus et aux spasmes des artères coronaires. La vasoconstriction aiguë provoquée par la sérotonine est généralement partagée par l’activation des récepteurs 5-HT1B et 5-HT2A ; cependant, dans les artères intracrâniennes, seul le récepteur 5-HT1B est le médiateur de la constriction.

“Les médicaments psychédéliques constituent un domaine de recherche clinique et de politique de santé publique qui se développe rapidement. Les développements cliniques, ainsi que l’évolution de l’intérêt du public, conduisent de plus en plus à des changements substantiels au niveau réglementaire aux États-Unis et au Canada. Au cours des trois dernières années, la psilocybine et d’autres psychédéliques organiques ont été dépénalisés à Denver (Colorado), Oakland (Californie), Santa Fe (Californie), Ann Arbor (Michigan), Somerville (Massachusetts), Washington (D.C.) et dans l’État de l’Oregon. Au-delà de la dépénalisation, les électeurs de l’Oregon ont récemment adopté un projet de loi donnant à l’Oregon Health Authority deux ans pour mettre en place une division chargée de réglementer la production, la distribution, l’administration et la possession de psilocybine.”

Source : Schlag, A. K., Aday, J., Salam, I., Neill, J. C., & Nutt, D. J. (2022). Adverse effects of psychedelics: From anecdotes and misinformation to systematic science. Journal of Psychopharmacology, 36(3), 258-272.

“L’intérêt initial pour la valeur des drogues psychédéliques (“psychotomimétiques”) en psychiatrie a commencé au début du 20ème siècle, avec des explorations de la possibilité que la mescaline ou le peyotl puissent produire des effets semblables à ceux de la psychose. Au fil du temps, l’intérêt s’est porté sur la question de savoir si les effets des psychédéliques pouvaient fournir des informations sur la base sous-jacente des troubles psychiatriques. Au fur et à mesure que la recherche se poursuivait, et surtout après la découverte du LSD en 1943, l’intérêt croissant pour un rôle des psychédéliques en tant qu’adjuvants de la psychothérapie a commencé à évoluer et est devenu le principal centre d’intérêt des travaux sur les psychédéliques jusqu’à aujourd’hui.”

Source : Nichols, D. E., & Walter, H. (2020). The history of psychedelics in psychiatry. Pharmacopsychiatry, 54(04), 151-166.

“Bien que les hallucinogènes dérivés de plantes soient utilisés dans les pratiques religieuses depuis des siècles, ce n’est qu’en 1938 que le chimiste suisse Albert Hofmann a synthétisé le premier hallucinogène synthétique, le diéthylamide de l’acide lysergique (LSD), alors qu’il travaillait pour la société pharmaceutique Sandoz. Le 16 avril 1943, au cours d’une série d’expériences, Hofmann est entré par hasard en contact physique avec le LSD, ce qui a provoqué “un flot ininterrompu d’images fantastiques, de formes extraordinaires avec un jeu de couleurs intense et kaléidoscopique”. En 1947, Sandoz a commencé à commercialiser le LSD sous le nom de Delysid comme médicament d’appoint pour la psychothérapie et comme agent pour l’étude expérimentale de la nature des psychoses.”

Source : Reiff, C. M., Richman, E. E., Nemeroff, C. B., Carpenter, L. L., Widge, A. S., Rodriguez, C. I., … & Work Group on Biomarkers and Novel Treatments, a Division of the American Psychiatric Association Council of Research. (2020). Psychedelics and psychedelic-assisted psychotherapy. American Journal of Psychiatry, 177(5), 391-410.

L’administration répétée de psychédéliques entraîne un développement très rapide de la tolérance, connu sous le nom de tachyphylaxie, un phénomène qui résulterait de la régulation négative des récepteurs 5-HT2A. L’administration quotidienne de LSD entraîne essentiellement une perte totale de sensibilité aux effets de la drogue au quatrième jour. De même, chez l’homme, l’administration quotidienne de l’amphétamine hallucinogène 2,5-diméthoxy-4-méthylamphétamine (DOM) entraîne une tolérance importante aux effets de la drogue au troisième jour. Chez les humains, une tolérance croisée se produit entre la mescaline et le LSD et entre la psilocybine et le LSD.